Coaching professionnel

Oui le mot coaching a voyagé jusqu'à son entrée dans le vocabulaire des entreprises. Retour aux sources du coaching

Un peu d’étymologie pour mieux comprendre le sens et la valeur du coaching dans l’entreprise.

Le mot coaching vient du français « coche », voiture, qui vient lui-même du hongrois « kocsi » signifiant : voiture transportant des voyageurs.

Les voyageurs choisissent leur destination, le cocher les y accompagne.

A Vienne      (photo libre de droits)

Au milieu du XIXe siècle, l’argot universitaire anglais emploie le mot « coach » pour désigner le répétiteur qui aide l’étudiant en vue d’une épreuve.

 

Puis de l’enseignement au sport, le mot coach désigne aussi l’entraîneur sportif et revient alors sous cette forme vers 1930 dans le vocabulaire des français.

 

Ce retour aux sources rappelle l’ancrage du coaching dans la tradition de l’accompagnement des personnes au développement de leur potentiel : en accompagnant les personnes à être plus autonomes, à s’émanciper de croyances et d’idées préconçues qui limitent leur créativité, le coaching favorise plus de marge de manœuvre et de compétences ; il prend ainsi tout son sens dans les entreprises et les organisations : l’entreprise qui intègre le coaching dans ses pratiques managériales mise sur l’humain.

 

En voici une définition proposée par la Société Française de Coaching 

Le coaching professionnel est l’accompagnement de personnes ou d’équipes pour le développement de leurs potentiels et de leurs savoir-faire dans le cadre d’objectifs professionnels.

 

C'est au début des années 90 que le coaching entre dans les entreprises en France 

Il est alors une pratique confidentielle bénéficiant aux cadres dirigeants.

Sous l’impulsion de quelques coachs renommés, les premières écoles de formation au métier s’ouvrent, puis se multiplient progressivement, offrant diverses approches et niveaux d’exigence.

En France, la profession commence alors à s’organiser : c'est ainsi que la première fédération professionnelle française se créée en 1996 : la Société Française de Coaching (SF Coach).

 

Vers la fin des années 90, le début des années 2000, la profession atteint un niveau élevé de professionnalisation.  

Les fédérations professionnelles : ICF, EMCC, puis SF Coach, acteurs majeurs de la profession du coaching, sollicitent les instances de l’Union Européenne à Bruxelles afin que le coaching et le mentorat soient inscrits dans la liste des professions autorégulées par les autorités européennes.

 

En 2011, « La Charte Professionnelle pour le Coaching et le Mentorat » est formalisée et déposée auprès de l’UE : formation, référentiel de compétences, supervision, déontologie.

Cette Charte Professionnelle définit également les bonnes pratiques que doivent adopter les organisations professionnelles, notamment en matière de recours en cas de non-respect de la Charte Professionnelle et/ou des règles déontologiques.

 

Dans un prochain article, le chemin parcouru par le coaching professionnel au sein des entreprises.

 

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.